Article

21 novembre 2018

« Orages d’acier » d’Ernst Jünger (1920), souvenirs d’un soldat allemand

Ernst Jünger (1895-1998) se porte volontaire pour l’Empire allemand lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Victime de plus de 14 blessures, il en ressort vivant et sera décoré de la croix Pour le mérite. Il décide ensuite de publier Orages d’acier deux ans après la fin de la guerre pour relater son expérience.
.

Un écrivain contesté

Après la guerre, il étudie à l’université la biologie avant d’affirmer de plus en plus son nationalisme et sa sympathie pour l’extrême-droite. Néanmoins, il refuse d’entrer dans le parti nazi et publie même Sur les falaises de marbre (1939), La Paix (1945) et Héliopolis (1949) où il critique la cruauté nazie. Il participera même à la préparation de l’attentat contre Hitler en 1944. Cette surprenante ambivalence a toujours suscité de nombreux débats sur ses réelles opinions politiques (anarchistes ou nationalistes).

En 1982, il reçoit le prix Goethe à l’âge de 87 ans.

Un récit long et puissant

Jünger raconte quatre ans de guerre rythmés par des gardes, des stratégies militaires, des batailles féroces, des attentes aussi parfois longues.

Contrairement à de nombreux ouvrages, ici l’écrivain-soldat ne s’attarde pas longuement sur le désespoir et l’horreur de la guerre mais parle de maturité et d’apprentissage de l’homme face à une telle violence. Le registre peut même parfois être qualifié d’épique lorsque le soldat allemand décrit l’ardeur qu’il ressent sur le champ de bataille ou la déception suite à la défaite. Jünger ne semble pas ressentir une quelconque émotion lorsqu’il tue l’ennemi, ni de haine, ni de compassion. La guerre pour lui est une sorte d’accomplissement, la fougue le gagne rapidement. La description des cadavres qui gisent sur le sol est clinique.

Jünger est un combattant fier, conscient de sa force physique et mentale, qui ressent du courage à l’idée d’être lieutenant et de survivre. Le sens de l’honneur et la volonté de se dépasser le guident à travers son long périple. L’écriture se lit de manière fluide, chaque mot est parfaitement soigné pour retranscrire le bruit des obus et l’anxiété des tranchées.

Sources
https://www.babelio.com/livres/Junger-Orages-dacier/6579
http://connivencelitteraire.typepad.fr/jai_aim_ce_livre/2009/11/orages-dacier-ernst-j%C3%BCnger.html
http://www.lecture-ecriture.com/3330-Orages-d’acier-Ernst-J%C3%BCnger


Allemagne, Arts & Culture, Histoire,
Rédactrice. Alumnus Sainte-Marie d'Antony. Étudiante en Lettres modernes à l'Université de Lille.
Intérêts : littérature, cinéma, art, culture, lutte des classes, féminisme, religions, écologie.
Pays d'affection : Royaume-Uni, Espagne, Italie, Allemagne.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *