Carte d’identité : Islande

04. Carte 2 - Islande

Nom : Islande
Dénomination réelle : République d’Islande (Lýðveldið ísland)

Superficie : 103.125 km² (108e rang mondial)
Km de frontières : 4.970 km
Nombre d’habitants : 332.750 hab. (2015) (172e rang mondial)
Gentilé : Islandais, Islandaises
Langue officielle : islandais
Capitale : Reykjavík
Plus grande ville : Reykjavík (121.230 hab. (2014), agglomération 213.760 hab. (2015))
Devise : « Með lögum skal land byggja » (« La nation est construite sur la loi »)
Hymne : « Lofsöngur »
Fête nationale : 17 juin (anniversaire de la fondation de l’Islande, le 17 juin 1944)
Symbole : le faucon gerfaut

03. Carte 1 - Islande

GÉOGRAPHIE PHYSIQUE

Principal fleuve : le þjórsá (230 km de long)

Principal sommet : le Hvannadalshnjukur (2.109,6 m)

Mers/Lacs :
– mer d’Irminger (au Sud-Ouest)
– mer du Groenland (au Nord)
– mer de Norvège (à l’Est)

ZEE : 751 345 km²

Pays frontaliers : aucun

ORGANISATION

Régime politique : République parlementaire
Forme de l’État : État unitaire

Sous-divisions : 8 régions et 26 comtés (sýslumenn)

Chef de l’État : Guðni Thorlacius Jóhannesson (né en 1968), Président de la République depuis 2016
http://www.forseti.is/

Chef du gouvernement : Katrín Jakobsdóttir (née en 1976), 1ère Ministre depuis 2017
https://twitter.com/katrinjak

ÉCONOMIE

Monnaie : Couronne islandaise (króna)

PIB nominal : 16,72 milliards $ (56e rang mondial, 2015)
PIB (PPA) : 15,15 milliards de $ (61e rang mondial, 2015)
PIB nominal/hab. : 51 261,88 $ (14e rang mondial, 2015)
PIB (PPA)/hab. : 43 637,27 $ (23e rang mondial, 2015)

IDH : 0,895 (13e rang mondial, 2013)
Taux de chômage : 3,99 % de la population active (2015)

Membre des organisations internationales suivantes :

FMI - Fonds monétaire international
ONU
Conseil nordique
GATT
Cour pénale internationale.svg
EEE - Espace économique européen

Banque mondiale (1945), FMI (1945), ONU (1946), OTAN (1949), Conseil de l’Europe (1949), Conseil nordique (1952), OCDE (1961), GATT (1968), AELE-EFTA (1970), OSCE (1973), Interpol (1971), OMC (1995), Cour pénale internationale (1998), EEE (2007), NORDEFCO (2009).

CULTURE

Personnages historiques

Snorri Sturluson (1179-1241), homme politique, diplomate, historien, orateur, et poète, il est le principal écrivain scandinave du Moyen Âge. Ses sagas et récits constituent la base essentielle de la mythologique nordique. Parmi ses œuvres se trouvent Edda (vers 1220), Histoire des rois de Norvège (recueil de sagas, 1225), et la Saga d’Egill, fils de Grímr le Chauve (écrit dans la première moitié du XIIIe siècle).

Jón Sigurðsson (1811-1879), historien et homme politique, il est le leader du mouvement pacifiste pour l’indépendance de l’Islande (qui était rattachée au royaume danois). Après avoir vécu au Danemark, il revient en Islande et devient député du comté d’Ísafjöður en 1844. En 1874, après des années de lutte, le Danemark accorde une constitution limitée à l’Islande. Jón Sigurðsson communique avec le peuple islandais par le biais du magazine annuel Ný Felagsrit, dont il est le principal contributeur. Sa date d’anniversaire (le 17 juin) est choisie par les Islandais pour la fondation de la République d’Islande, en 1944.

Sveinn Björnsson (1881-1952), premier Président de l’Islande. Né au Danemark, il est avocat de formation. Il est élu au Parlement Islandais en 1914, et y siégera pendant 2 ans. Il sera réélu en 1920. En 1918, l’Islande devient autonome vis-à-vis du Danemark, dont elle dépendait jusqu’alors. C’est durant cette même année que Björnsson devient président du conseil municipal de Reykjavík. Lors de la Seconde Guerre mondiale, alors que le Danemark est envahi par l’Allemagne nazie, l’Islande résiste à l’invasion. En 1944, Björnsson est élu Président de la République d’Islande, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort, 8 ans plus tard.

07. Snorri Sturluson

Snorri Sturluson

Jón Sigurðsson

09. Sveinn Björnsson

Sveinn Björnsson

Auteurs

Arnaldur Indriðason (né en 1961), écrivain, ses principaux romans mettent en scène le commissaire Erlendur. Ses œuvres les plus célèbres sont Mýrin (2000), Grafarþögn (La Cité des Jarres, 2001), ou encore Vertrarborgin (Artic Chill, 2008). Diplômé d’histoire en 1996, il exerça également le métier de journaliste, scénariste, et critique.

Halldór Laxness (1902-1998), écrivain, il est notamment l’auteur de Sjálfstaett Fólk (Gens indépendants, 1934), et Islandsklukkan (La Cloche d’Islande, 1943-1946). Il reçoit le Prix national de Littérature en 1955, ainsi que le Prix international de la Paix en 1952, et accomplit plusieurs voyages aux États-Unis et au Canada. À la fin des années 1920, il adopte les idées communistes, et en devient un fervent partisan. Il se détourna néanmoins du communisme après la Seconde Guerre mondiale, suite à son voyage en URSS, où il découvrit « la réalité ». Laxness meurt à 95 ans, atteint de la maladie d’Alzheimer. Il fut l’auteur de plus de 60 ouvrages.

Auður Ava Ólafdóttir (née en 1958), écrivaine et romancière, elle étudie l’Histoire de l’art à Paris, puis devient professeure à l’Université d’Islande, ainsi que directrice du musée de cette université. Elle remporte le prix des Libraires du Québec en 2011, pour son roman Afleggjarinn (écrit en 2007), ainsi que le prix littéraire des jeunes Européens pour Undantekningin (2012). Elle est également l’auteure de Upphækkuð jörð (1998).

Arnaldur Indriðason

11. Halldór Laxness

Halldór Laxness

12. Auður Ava Ólafdóttir

Auður Ava Ólafdóttir

Musique

Sveinbjörn Sveinbjörnsson (1847-1927), appartenant au courant romantique, il reste célèbre pour avoir composé l’hymne national islandais (« Lofsöngur »). Après avoir reçu une très bonne éducation, il devient l’élève du compositeur allemand Carl Reinecke. Sveinbjörnsson passe une grande partie de sa vie à l’étranger : il devient professeur de piano à Édimbourg, de 1873 à 1919, année durant laquelle il va vivre au Canada. De 1922 à 1924, il revient en Islande, avant de mourir au Danemark. Il est également l’auteur « Ó, guð vors lands », choral cérémoniel, et de plusieurs trios pour violon, violoncelle, et piano.

Thorkell Sigurbjörnsson (1938-2013), chef d’orchestre, pianiste, et compositeur, il est considéré comme le compositeur islandais le plus prolifique (il est l’auteur de plus de 350 œuvres). Après des études de piano, violon, orgue, et théorie musicale à l’Académie de Reykjavík, il part aux États-Unis poursuivre ses études (dans le Minnesota et l’Illinois), avant de rentrer en Islande en 1962, pour enseigner. Il devient également critique et animateur radio (occasionnellement). En 1963, il fonde le groupe musical Terra Nova. En 1995, il part à Shanghai, pour enseigner. Ses œuvres sont variées, allant des opéras pour enfants aux concertos pour flûte, clarinette, violon, et violoncelle, en passant par plusieurs pièces de musique de chambre.

Jón Leifs (1899-1968), chef d’orchestre, compositeur, et écrivain, il quitte l’Islande en 1916 et va étudier en Allemagne, au conservatoire de Leipzig. En 1921, il reçoit son diplôme de piano, et reste en Allemagne, jusqu’en 1944, année durant laquelle il fuit la barbarie nazie (sa femme étant juive) et se réfugie en Suède. Il rentre en Islande l’année suivante. En 1947, sa fille meurt dans un accident. Éploré par cette mort soudaine, Leifs compose Vita et Mors, qu’il dédie à sa défunte fille. Il succombe à un cancer du poumon 21 ans plus tard.

Björk (née en 1965), chanteuse, musicienne, compositrice, et actrice, son style musical mélange à la fois pop, rock, musique électronique, folk, punk, et jazz. Depuis le début de sa carrière, en 1977, elle a sorti 10 albums, et sa notoriété a largement dépassé les frontières islandaises. Elle reçut de nombreuses distinctions (Awards, Prix d’interprétation au festival de Cannes…). Parmi ses chansons les plus connues, on peut citer It’s Oh So Quiet (1995), Army of me (1995), ou encore All is full of love (1997). Jouant beaucoup sur le visuel, Björk considère le clip-video comme « un prolongement de son œuvre ». En 1996, elle échappe à un attentat : un fan obsédé avait en effet déposé un colis piégé à l’acide devant le domicile de la chanteuse, à Londres. Le fan se suicida, mais le colis fut intercepté par la police à temps. Björk est aujourd’hui considérée comme la chanteuse islandaise ayant rencontré le plus de succès sur la scène internationale

Mais aussi : Sigur Rós, Emiliana Torrini, Ólafur Arnalds, GusGus, múm, Bang Gang…

Sveinbjörn Sveinbjörnsson

Thorkell Sigurbjörnsson

15. Jón Leifs

Jón Leifs

Björk

Arts plastiques

Guðmundur Guðmundsson, (né en 1932), dit « Erró » peintre appartenant au courant postmoderne, il est notamment célèbre pour avoir cofondé la Figuration narrative en France (mouvement artistique apparu au début des années 1960, associé au nouveau réalisme et au Pop art). Il étudie l’art en Islande, en Norvège, et en Italie, puis s’installe à Paris en 1958. En 1989, il fait une importante donation d’une partie de ses œuvres d’art à la ville de Reykjavík.

Jóhannes Sveinsson Kjarval (1885-1972), peintre, ses œuvres mélangent plusieurs courants artistiques, de l’expressionnisme au surréalisme, en passant par le cubisme et l’impressionnisme. Issu d’une famille très pauvre, il parvient, en 1912, à être admis à l’Académie royale des beaux-arts du Danemark. Excellent dessinateur, il est l’un des premiers artistes islandais à connaître une notoriété internationale. Prolifique, il laisse des milliers de dessins et tableaux.

Einar Jónsson (1874-1954), sculpteur, profondément marqué par le folklore islandais, il s’inspire beaucoup de la mythologie nordique, de la spiritualité, et de la philosophie pour réaliser ses œuvres. Comme son compatriote Kjarval, il étudie à l’Académie des beaux-arts du Danemark à Copenhague. En 1909, il fait don à l’État islandais de toutes ses œuvres, mais exige la construction d’un musée pour les exposer. Le musée Einar Jónsson est inauguré en 1923.

Guðmundur Guðmundsson

17 b.Hommage à Léger (1985)

Hommage à Léger (1985)

Jóhannes Sveinsson Kjarval

Hvitasunnudagr (1919)

Einar Jónsson

19-b.-Þorfinnur-Karlsefni-(1920)

Þorfinnur Karlsefni (1920)

Cinéma

Baltasar Kormákur (né en 1966), acteur, scénariste, producteur, et réalisateur, il est diplômé de l’école d’art dramatique d’Islande. Il tourne dans Les Anges de l’univers (Frőrik Friőriksson, 2000). Il monte plusieurs pièces classiques (comme Hamlet) et des comédies musicales (comme Hair). En 2000, il réalise son premier film, 101 Reykjavik, qui remporte du succès sur la scène internationale. En 2002, il tourne Hafið, Crime City en 2005, et Jar City en 2006.

Aníta Briem (née en 1982), actrice, elle commence sa carrière à neuf ans, au Théâtre National d’Islande, puis déménage à Londres en 1998, à 16 ans. Elle y est diplômée de la Royal Academy of Dramatic Art. Elle apparait également dans certaines séries telles que Doctor Who (en 2005) ou les Tudors (en 2008), où elle interprète Jane Seymour, troisième femme du sanglant Henry VIII. Remarquée, elle décroche le rôle de Hannah dans Voyage au centre de la Terre (Eric Brevig, 2008).

Ingvar Eggert Sigurðsson (né en 1963), acteur de cinéma et de théâtre, il joue notamment dans Stormy Weather (2003) et Back Soon (2008) de S. Anspach, Jar City (de Baltasar Kormákur, 2006), ou encore Mariage à l’Islandaise (de V. Oskarsdottir, 2009).

Baltasar Kormákur

21. Aníta Briem

Aníta Briem

Ingvar Eggert Sigurðsson

Sport

Eidur Smári Guðjohnsen (né en 1978), joueur de football, il joue au poste d’attaquant dans plusieurs clubs : Chelsea, FC Barcelone, AS Monaco, ou encore Tottenham… Joueur très technique, bon dribbleur, il est également le meilleur buteur de la sélection islandaise, avec 25 buts marqués.

Ólafur Stefánsson (né en 1973), ancien joueur de handball, considéré comme un des meilleurs joueurs du monde, occupant le poste d’arrière-droit. Il fait partie des rares joueurs à avoir marqué plus de 1500 buts en sélection nationale. Il remporta le Championnat d’Islande à trois reprises (en 1993, 1994, 1995), ainsi que la médaille de bronze aux Championnats d’Europe en Autriche (2010). Peu avant de prendre sa retraite, en 2012, il mène l’Islande à la 5e place, lors des Jeux olympiques de Londres.

Vala Flosadóttir (née en 1978), athlète, elle pratique le saut à la perche. En 1996, à seulement 18 ans, elle est sacrée championne du monde en salle, grâce à un saut de 4,16m. Elle remporte une médaille de bronze aux Jeux olympique de Sydney, en 2000, et une médaille d’argent aux championnats du monde en salle de Maebashi (Japon) en 1999.

Eidur Smári Guðjohnsen

Ólafur Stefánsson

Vala Flosadóttir

LIENS IMPORTANTS

Ambassade d’Islande en France https://www.iceland.is/iceland-abroad/fr/
Ambassade de France en Islande https://is.ambafrance.org/
Vivre en Islande (pas d’actualisation depuis 2016) http://www.vivreenislande.fr