Article

25 novembre 2018

L’impact du traité de Versailles sur la société allemande

La Première Guerre mondiale est une guerre dévastatrice, qui a causé la mort de 18 millions de personnes, civils et militaires. Elle a un impact particulièrement important, sur les pays belligérants, tels que l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. Elle met fin à l’Empire allemand et entraîne la proclamation de la République de Weimar.

Soldats allemands prenant part à la Révolution de novembre (Porte de Brandebourg)

À la fin de l’année 1917, l’Allemagne se retrouve dans une situation difficile, aussi bien sur le plan économique que sur le plan militaire. La mobilisation de l’économie dans l’effort de guerre ainsi que le blocus naval des Alliés entraînent un manque de ressources et de biens de première nécessité pour la population allemande. Dès janvier 1918, une gigantesque grève va paralyser le pays, elle va se généraliser chez les ouvriers, la couche de la société la plus impactée par cette guerre. Ainsi, la classe ouvrière demande l’arrêt de cette guerre qui ne finit plus et qui dégrade les conditions de vie des classes sociales les plus

défavorisées mais également la classe moyenne.

Ces grèves sont violemment réprimées, les acteurs majeurs de ce mouvement seront arrêtés ou enrôlés de force dans l’armée allemande. Tout au long de cette année 1918, l’état-major allemand comprend que la défaite est proche, et la décision d’opter pour un régime parlementaire ne calme pas la population, qui réclame la fin de la guerre et des pénuries. Un soulèvement revendiquant la fin de la guerre et l’abdication de l’empereur allemand Guillaume II va se propager dans tout le pays : c’est la révolution socialiste ou révolution de novembre. Le 9 novembre 1918, ce mouvement touche Berlin. L’armée, qui refuse de continuer à combattre sur le front, ne compte pas intervenir contre son propre peuple. L’Empereur prend alors la décision d’abdiquer. Quarante-huit heures plus tard, le 11 novembre, l’Armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale est signée.

La Signature du Traité de Versailles dans la galerie des glace, Versaille, 28 juin 1919, peinture de William Orpen, conservée à l’Imperial War museum

Quelques mois plus tard, face à la pression de la Triple-Entente (Russie, France et Royaume-Uni), l’Allemagne est contrainte de signer le traité de Versailles. La particularité de ce traité est qu’il tient l’Allemagne pour entière responsable de cette guerre. D’ailleurs, l’Allemagne n’est pas conviée dans les discussions, qui ont lieu au château de Versailles. Le pays doit alors payer de lourdes réparations aux Alliés : son territoire sera amputé à hauteur de 68 000 km², il perd ses colonies à l’image du Rwanda, et son armée est dissoute. Ce traité, très dur,  est jugé comme injuste de la part des Allemands. Un sentiment de revanche naît à l’issue de ce traité, marquant les prémices d’une autre catastrophe majeure du XXe siècle : la Seconde Guerre mondiale.

La Première Guerre mondiale n’est pas dénuée de conséquences socio-économiques néfastes pour la société allemande. Entre la signature de l’Armistice et la signature du traité de Versailles, période durant laquelle le blocus des Alliés n’est pas levé, 523 000 civils allemands meurent de faim. Par la suite, à partir de 1921, une inflation forte suivie d’une hyperinflation s’abat sur l’Allemagne. Depuis 1917, les prix des produits, notamment alimentaires, ont déjà augmenté en raison du blocus infligé par la Triple-Entente. De plus, le traité de Versailles force l’Allemagne à payer de lourdes réparations (à hauteur de plusieurs milliards de dollars), le pays est par conséquent dans l’obligation de s’endetter. Ainsi, lorsqu’un pays est endetté, celui-ci peut réduire ses dépenses publiques et mettre en place une politique d’austérité, en augmentant les impôts par exemple. Cependant, l’Allemagne opte pour un choix différent, dans le but de ne pas impacter sa population, récemment soumise à l’effort de guerre. Afin de relancer l’économie, le pays décide d’avoir recours à une politique de création monétaire. L’Allemagne va donc créer de la monnaie à partir de « rien », la masse monétaire présente dans le circuit économique va augmenter, ce qui va faire diminuer la valeur de la monnaie, et par conséquent générer de l’inflation. Le pays n’arrive pas à contrôler cette inflation qui prend des proportions extrêmement importantes et dévastatrices pour l’économie allemande. En 1921, le taux d’inflation s’élève à 60%, et connait une explosion les deux années suivantes : 5 300% en 1922 et 16,6 millions % au cours de l’année 1923. Ainsi, un dollar coûte 49 000 marks au début de l’année 1923, ce même dollar vaut 7,84 milliards de marks à la fin de cette même année.

Face à l’inflation, les ménages font des stocks immenses de billets, et retire toute leur épargne des banques

Ainsi, ce traité de Versailles considéré injuste par les Allemands a de très lourdes répercussions sur l’économie allemande. Au lieu d’aider l’Allemagne à se relever, les pays de la Triple-Entente ont préféré l’enfoncer, d’où le sentiment de revanche qui émerge tout au long des années 20 et qui prépare la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, la politique d’augmentation de masse monétaire de la République de Weimar peut être comparée à la politique de création monétaire de la Banque centrale européenne, le Quantitative Easing, d’où l’hostilité de certains pays ou partis politiques à cette méthode pour relancer l’économie, qui se servent du passé pour que les mêmes erreurs ne soient pas refaites à l’avenir.

Ainsi, au vu des événements passés (hyperinflation allemande, la crise américaine de 1929 mais également au Zimbabwe au début des années 2000), le remboursement de la dette et la relance de l’économie par la création monétaire (et par conséquent par l’inflation) n’est pas la solution. Pour rembourser cette dette, il faut regarder, ce qui a créé celle-ci : il s’agit généralement de dépenses publiques onéreuses, et un déséquilibre entre les emplois et les ressources, caractérisé par un manque de rentrées d’argent sur les comptes de l’État. Mais la situation allemande est bien plus complexe puisqu’elle est contrainte de payer des réparations qui ne seront pas profitables à sa population, bien au contraire. Les milliards de dollars injectés au service des vainqueurs de la guerre, représente une somme colossale en moins pour l’économie allemande, et par conséquent des dépenses logiquement jugées injustes et inutiles par l’Allemagne qui voulait mobiliser des capitaux en priorité pour sa classe moyenne et ouvrière, couches ayant le plus soufferts de cette guerre.

 

Sources
http://www.captaineconomics.fr/-lhyper-inflation-allemande-de-1923
http://www.chateauversailles.fr/decouvrir/histoire/grandes-dates/traite-versailles
https://www.les-crises.fr/reparations-3-lhyperinflation-allemande-de-1923/
http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=88&pChapitreId=34121&pSousChapitreId=34125&pArticleLib=T%E9moignage+d%92Edith+Gricman%2C+une+rescap
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cons%C3%A9quences_de_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale#Allemagne
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_allemande_de_1918-1919


Allemagne, Histoire, Politique, Société,
Rédacteur. Élève de l'Institution Sainte-Marie d'Antony.
Intérêts : actualités politique et économique, sports, histoire.
Pays d'affection : France, Belgique, Allemagne, Italie, Espagne.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *